Alcootest, éthylotest ou éthylomètre : quel contrôle d’alcoolémie ?

alcootest

Un conducteur, qu’il soit en période probatoire ou non, peut se faire contrôler par les forces de l’ordre afin de tester son alcoolémie. Le taux d’alcool dans le sang ne doit alors pas dépasser 0,5g par litre de sang, soit 0,25mg par litre d’air expiré.

L’alcool au volant est l’une des principales causes d’accident et l’un des buts du contrôle d’alcoolémie est de dissuader les conducteurs en état d’ébriété de prendre le volant. Cependant, en cas de dépassement du seuil autorisé, les sanctions sont sévères, surtout lors d’une récidive de conduite sous alcool.

Si lors d’un contrôle d’alcoolémie un automobiliste est repéré avec un taux d’alcoolémie dans le sang supérieur au seuil autorisé, il peut encourir, selon la gravité de l’infraction, un retrait de 6 points sur son permis de conduire, un retrait de permis, un stage de sensibilisation à l’alcool, une amende et parfois même une peine de prison.

Alcootest : les contrôles routiers

Dans le cadre de la sécurité routière, la police et la gendarmerie peuvent procéder au contrôle d’alcoolémie de tout conducteur se trouvant sur la voie publique ou dans les lieux ouverts à la circulation, comme les parkings. Les forces de l’ordre peuvent aussi contrôler un conducteur dont le moteur du véhicule est arrêté, ou même un automobiliste endormi à son volant. Ces procédures font parties du dépistage aléatoire.

En cas d’infraction au code de la route ou bien en cas d’accident, le contrôle d’alcoolémie est systématique. C’est ce que l’on appelle le dépistage obligatoire.

Lire aussi :  Quelle est le montant de l’amende pour téléphone au volant ?

Toute personne se trouvant à la place du conducteur dans un véhicule peut être arrêtée par la police ou la gendarmerie pour un contrôle d’alcoolémie. Elle n’a pas le droit de refuser de s’y soumettre sous peine d’une amende de 4 500€ et de deux ans d’emprisonnement notamment.

Le contrôle de l’alcoolémie débute par un éthylotest : l’automobiliste doit souffler dans le ballon. Le taux d’alcool dans l’air expiré ne doit pas dépasser 0,25 mg. Si le test est positif, les forces de l’ordre procèdent alors à un deuxième contrôle à l’aide d’un éthylomètre, plus précis, ou par prise de sang, en hôpital, si l’automobiliste est dans l’incapacité de souffler.

Alcootest, éthylotest ou éthylomètre ?

Les malentendus sont nombreux en ce qui concerne les notions d’alcootest, d’éthylotest et d’éthylomètre, c’est d’ailleurs l’un des sujets abordés lors des stages de récupération de points. S’ils sont tous trois utilisés par les forces de l’ordre lors des contrôles routiers, ils n’en restent pas moins, pour deux d’entre eux, des outils différents utilisés pour le contrôle d’alcoolémie.

L’éthylotest

L’éthylotest est utilisé en premier par les forces de l’ordre dans le cadre d’un contrôle d’alcoolémie. Les automobilistes sont aussi obligés de posséder un éthylotest utilisable dans leur véhicule mais n’encourent ni retrait de points ni sanction en cas de défaut. En revanche, lors d’un contrôle d’alcoolémie, c’est la police ou la gendarmerie qui fournit l’éthylotest.

Il existe deux types d’éthylotests : chimique et électronique.

  • L’éthylotest chimique ne peut s’utiliser qu’une seule fois mais possède une durée de péremption de 2 ans.
Lire aussi :  Comment passer son permis moto (permis A) ?

Pour un fonctionnement optimal, il faut respecter scrupuleusement la notice fournie avec le produit et effectuer le contrôle d’alcoolémie une heure après l’absorption d’alcool car c’est à ce moment-là que le taux d’alcool dans le sang est à son maximum. Lorsque le taux d’alcool est supérieur à la limite autorisé, la couleur de l’éthylotest change.

  • L’éthylotest électronique peut être utilisé plusieurs centaines de fois, seul l’embout est à usage unique. Puisque le système de contrôle d’alcoolémie est électronique, il doit être étalonné tous les ans.

L’utilisateur doit souffler de manière continue dans l’embout jusqu’à l’arrêt du signal visuel ou sonore. Un capteur électrochimique détecte ensuite le taux d’alcool dans l’air expiré et donne une réponse digitale en mg/l d’alcool dans le sang. « Alcootest » est le nom déposé d’une marque d’éthylotests.

L’éthylomètre

L’éthylomètre est le second appareil utilisé par les forces de l’ordre dans le cas d’un premier contrôle d’alcoolémie positif à l’éthylotest. Il mesure la quantité d’alcool expiré dans le souffle et donne généralement les mesure en mg/l de sang. Un signal sonore est activé lorsque le taux d’alcool est supérieur à la limite autorisée.

Acheter un alcootest

Lorsqu’un conducteur achète un éthylotest dans le but de contrôler son alcoolémie, il doit s’assurer que le modèle choisi porte la mention « NF », gage du respect des normes françaises.

Ces appareils de contrôle d’alcoolémie sont disponibles sur Internet, en grande surface ou encore dans les magasins automobiles. Les éthylotests chimiques sont généralement les moins chers, autour d’un euro, mais à usage unique. La gamme des prix des éthylotests électroniques se situe entre une dizaine et une centaine d’euros, somme à laquelle il faut ajouter le coût de la vérification, de l’étalonnage annuel et des embouts. Cependant, selon la situation du conducteur, chacune des deux situations peut être la plus rentable.

Lire aussi :  Comment fonctionne le permis probatoire ?

Il est plus intéressant d’acheter les éthylotests chimiques dans le commerce afin d’être exonéré des frais de port, en revanche, Internet fournit quelques bonnes offres concernant les éthylotests électroniques allant de moins d’une dizaine d’euros à des appareils plus sophistiqués.

FAQ sur le contrôle d’alcoolémie

Depuis 2 ans, je pensais que l’éthylotest était obligatoire dans les véhicules mais j’ai cru comprendre que ça ne l’était plus. Pouvez-vous m’éclairer ?

Il est toujours obligatoire de posséder un éthylotest prêt à l’emploi dans son véhicule. Ce qui a changé depuis le 1er mars 2013 c’est que le conducteur n’est plus soumis à des sanctions en cas de défaut de système de contrôle d’alcoolémie.

J’ai beaucoup bu ce soir et je ne compte pas prendre le volant. Comme je n’ai personne pour me ramener, je vais dormir dans ma voiture, comme ça je ne risque pas de me faire contrôler.

En effet, il est plus prudent de ne pas prendre le volant si vous êtes alcoolisé. Cependant, rappelez-vous que si vous vous trouvez au volant de votre véhicule, même si le moteur éteint ou que vous êtes endormi, vous pouvez être contrôlé par les forces de l’ordre. Endormez-vous donc sur la banquette arrière !

En conclusion

  • Ethylotest = Alcootest.
  • Ethylotest obligatoire dans tout véhicule.
  • Pic d’alcool dans le sang 1h après absorption.
5/5 - (18 votes)

Nicolas

Je suis mécanicien automobile depuis plus de 10 ans maintenant. Je sais tout ce qu'il y a à savoir sur l’entretien des véhicules et je reste un grand passionné de tout ce qui touche, de loin ou de prêt, à l'automobile et les services liés.

Articles recommandés

1 commentaire

  1. […] Lire aussi :  Alcootest, éthylotest ou éthylomètre : quel contrôle d’alcoolémie ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *